DES SECTES, les vraies et les fausses.

par Marc-alain Descamps

 

Le problème actuel
 

     En France le mot secte est un piège, volontairement piégé. C'est une accusation, une déclaration de guerre. La réalité est très ancienne, le problème est nouveau. Il est actuellement l'occasion d'une vaste mystification : des opérations d'intoxication, accompagnées de campagnes de presse, se multiplient. Des groupements sont l'objet d'une dénonciation et d'une accusation. Parmi eux beaucoup ne sont pas des sectes du tout, alors que d'authentiques sectes prospèrent dans le silence et la dissimulation. Et souvent ce sont elles qui sont les premières à accuser les autres d'être des sectes. Car c'est l'insulte qui ne pardonne pas et l'accusation dont on ne se relève pas. L'hystérie collective antisecte engendre une diabolisation. Accusé d'appartenir à une secte, on en est réduit à démissionner et à se cacher. Comment en effet prouver que l'on n'appartient pas à une secte ? Ou que l'on n'y appartient plus, ou que l'on a été trompé, que c'était une erreur de jeunesse. Il est beaucoup plus facile de prouver que l'on n'est plus communiste, il suffit de se dire socialiste ou néocommuniste ou de passer dans une autre association cryptocommuniste.

Mais non-sectaire ?   Impossible. Qui pourrait délivrer un certificat de non-appartenance à une secte ?

Pour y voir clair il faut d'abord définir ce qu'est une secte, puis en distinguer et décrire les principales catégories.

 

Définition et classification
 

    Autrefois toutes les sectes étaient religieuses. Le courant majoritaire qualifiait de "secte", les minoritaires, qui s'étaient coupés et détachés (sectus). Ainsi tout au long de son histoire l'église catholique romaine a constamment sécrété des sectes de chrétiens dissidents (Manichéens, Marcionistes, Montanistes, Novationistes, Donatistes, Vaudois, Spirituels, Taborites ...), selon deux critères : la divergence théorique (hétérodoxes, schismatiques, anathèmes, apostats, renégats ...) et la taille (le petit groupe, la partie détachée du tout).

Ainsi selon ces critères l'église chrétienne est une authentique secte juive : un tout petit nombre d'extrémistes chassés et persécutés pour leurs divergences théoriques. Et pendant quatre siècles cette secte des premiers chrétiens a vécue, dissimulée comme une société secrète, parmi la centaine d'autres sectes gnostiques et syncrétiques qui pullulaient dans le bassin méditerranéen, jusqu'à ce qu'elle reçoive la reconnaissance et le pouvoir de l'empereur Constantin en 415. Alors, devenue religion d'état, elle a exterminé les sectes gnostiques et cherché à détruire les autres dissidences religieuses par les croisades, les autodafés et l'Inquisition. Donc il n'y avait jamais de problème de secte, car elles étaient exterminées au fur et à mesure (tout au moins jusqu'aux guerres de religion).

      L'étude du rapport église/secte est un sous-chapitre classique de la sociologie religieuse depuis Dürkheim (1912) et Max Weber. Nous ne reprenons pas ici cette longue polémique sociologique, puisqu'il s'agit d'un phénomène neuf. Le nouveau problème des sectes vient de la tolérance : les société démocratiques n’exterminent plus les groupes minoritaires tant qu'ils n'ont pas accompli des délits.  Et donc il va nous falloir distinguer toute une gradation de dangerosité possible, depuis la secte typique, jusqu'aux formes adultérées ou abâtardies.

 

DEFINITION : une secte est la proie d'un phénomène d'emprise, qui la met en prison.      D'où découle trois conditions :

1. l'embrigadement. La secte est l'objet d'une forte cohésion. En général, elle est dirigée par un chef charismatique qui assure la cohésion avec une main de fer. L'ordre, l'obéissance et la discipline sont essentiels. Et dans sa forme typique, un chef de structure paranoïaque groupant des angoissés engendre par son endoctrinement une mentalité d'assiégé.

2. l'englobement. La secte est une totalité qui donne tout et une globalité qui remplace tout. Elle donne la sécurité, la protection, la cohésion, l'amour mutuel, le logement, la nourriture, le travail, la sécurité, la santé, la sexualité ... Elle est donc une société globale qui remplace tout : la famille, les amis, la patrie, etc. Par conséquent elle se pose comme rivale de tout autre groupement (politique, syndical, sportif, artistique ...). Si la famille toute entière ne rentre pas dans la secte, on doit rompre avec sa famille (ascendante, latérale ou descendante) comme avec son conjoint et ses anciens amis.

3. l'enfermement. On ne sort pratiquement pas d'une secte, ou bien il est très difficile de la quitter. Une secte est une prison, qui vous enferme, parfois physiquement, mais toujours moralement. On est coupé de la société, séparé, mis à part, en ségrégation. Quand on veut la quitter on est l'objet de séances de remontrances et d'endoctrinement, parfois de persécutions et si on a réussi à s'enfuir la secte vous rattrape.


Les catégories. Nous distinguerons :

1. les sectes typiques, qui se trouvent être toutes des sectes apocalyptiques

2. les églises minoritaires, ou groupes plus larges

3. les sociétés d'exploitation financière

 
1. Les sectes  apocalyptiques
 

Les premières sectes de forme moderne, qui sont apparues, ont posé le problème nouveau des sectes. Elles vivent très séparées et si l'on veut les pénétrer, elles sont autodestructrices et suicidaires.  On les nomme aussi "les sectes tueuses".

- novembre 1974. L'armée de Libération de Donalia Defreeze, aux USA, enlève et convertit Patricia Hearst, la fille d'un magnat de la presse. Elle est envahie : 6 morts.

- 18 novembre 1978, le pasteur Jim Jones fonde Le Temple du Peuple. Devant des menaces d'intrusion, la secte quitte les USA pour Guyana (l'état de Guyane entre le Brésil et le Venezuela). Le suicide collectif fait 923 morts.

- mai 1985. La secte Move de John Africa dans la banlieue de Philadelphie aux USA se réfugie dans un bunker. Elle est bombardée par hélicoptère : 11 mort

- 9 septembre 1985 aux Philippines la grande prêtresse des Alta fait manger un porridge à l'insecticide : 72 morts.

- le 19 avril 1993, H.Vernon Howell change son nom en David Koresh ( pris à la Bible et au roi des Perses). Il entre chez les Davidiens (filiale de l'Eglise Adventiste) en tuant le fondateur à 67 ans et en séduisant sa femme. Il rassemble 3.500 disciples. L'élite se réfugie au Texas (USA) à Mount Carmel à Waco. Le siège dure 50 jours : 4 policiers tués, et 16 blessés, 86 suicides par le feu, dont 27 enfants et 17 de moins de dix ans.

- 5 octobre 1994, L'Ordre du Temple solaire de Jo Di Membro (de Golden Way) et Luc Jouvet  s'est développé en France, au Canada et en Suisse. Ils se veulent de nouveaux Templiers qui ont le droit de dire la messe et disent communiquer avec les premiers Templiers. Suspectés par la police, il y a 5 morts au Canada le 4 octobre 1994, 23 à Cheiry et 25 à Salvan en Suisse le 5 octobre 1994  et à nouveau sans qu'on ait pu l'empêcher 16 en France dans le Vercors le 25 décembre 1995 "morts en Transit vers Sirius", plus 5 le 21 mars 1997 au Québec ...

- 27 mars 1997, La Porte du Paradis (Heaven's Gate), fait 39 morts. Marshall Appelwhite, fils d'un pasteur presbytérien, après 3 ans de théologie est interné pour troubles homosexuels, puis part en cavale avec son infirmière et fonde sa secte par un mélange de christianisme, d'informatique et d'Ovni. Au passage de la comète Hale-Bopp, lui et ses 38 fidèles font le transit vers "le Paradis du Royaume du Père".

- 12 mars 1998, le suicide collectif de 33 élus pour rejoindre une autre planète sous la conduite de Heide Fittkau-Garthe de Hambourg a été empêché par la police de l'île de Ténérife aux Canaries …


    Toutes ces sectes sont typiques et se ressemblent. Elles sont toutes chrétiennes et développent un discours apocalyptique de fin du monde prochaine, directement inspiré par le livre de l'Apocalypse de Saint Jean l'évangéliste, les Lettres de St.Pierre Apôtre (2ème Lettre, 3, 8) ou Luc (21, 25-28, 34-36). Leur structure psychologique est en résonance avec ces thèmes : isolement (fuir le monde pernicieux), angoisse de persécution, idéologie de martyr. Le délire de persécution quand il rencontre des confirmations dans le réel, déclenche des pulsions d'autodestruction et de fuite dans l'autre monde (le Salut ou le Transit). La structure paranoïde s'actualise soudain dans une flambée paranoïaque, qui provoque le grand sacrifice suprême par le suicide collectif. C'est cela le plus grand danger. Mais remarquons que tant qu'elles ne sont persécutées, ces sectes typiques semblent en attente (rassemblement d'angoissés influençables autour d'un paranoïde). C'est quand elles sont attaquées par la police ou l'armée, que se développe le classique comportement de martyr, bien connu depuis les premiers chrétiens.

 

2. Les églises minoritaires

 

     Le respect de la liberté religieuse est fondamentale en Amérique pays d’immigrés fuyant les persécutions. Aussi les Eglises ne paient pas d'impôts ni sur leurs bénéfices, ni sur les dons et legs. Il y en a plus de 2.000 (Quakers, Mormons, Témoins de Jéhovah, Eglise scientiste ...) et parmi elles 200 sont considérées comme des sectes dures : White American Resistance, Sword of the arm of the Lord, White American Bastion, Chevaliers du Ku Klux Klan ... CUT, Church Universal and Triomphant au Montana, a 5000 adhérents, son prophète Elisabeth Clare a réuni l'élite dans un ranch de 900 hectares près de Yellowstone et a construit un bunker bourré d'armes pour 750 élus. Mais tant qu'on ne les persécute pas, ils se tiennent tranquilles.

D'autres églises de type planétaires :

- L'Eglise de l'Unification ou "secte Moon" a été fondée le 1er mai 1954 en Corée du Sud à Séoul par le Révérent Sun Myung Moon sous le nom de l'Association du Saint-Esprit pour l'Unification du Christianisme mondial. Selon son programme il a des groupes dans de nombreux pays. L'ensemble est parfaitement chrétien, centré sur le mariage, avec un coté anticommuniste. L'évaluation de ses membres varie, selon les sources,  entre des centaines de mille ou des millions (200 membres en France ?). Elle a été condamnée pour fraude fiscale à New-York et à Paris en 1986.

- L'Eglise de Scientologie tient à être considérée comme une église, fondée en 1954 par L. Ron Hubbard, né en 1911 et auteur de "La Dianétique, science moderne de la santé mentale". Mais elle semble s'occuper beaucoup plus de santé mentale et de nettoyage psychologique de l'esprit à l'aide d'un appareil  "électromètre" issu du détecteur de mensonge. D'anciens membres lui reprochent surtout d'avoir été ruinés et endettés par des cours et stages de plus en plus chers, une fois qu'ils ont été accrochés et culpabilisés. Il y aurait environ 20.000 membres en France et 10.000 en Suisse. Elle est mal vue en Allemagne mais a un statut légal aux USA.

- Les Enfants de Dieu ou Famille d'amour. Issus du Jésus Movement de1960, fondé par David Berg (1918-1994), appelé Moïse David, ce mouvement se répand dans de nombreux pays (où ils seraient plusieurs dizaines de milliers). Il est typiquement millénariste et apocalyptique. En dehors de son impérialisme, de son prosélytisme et de son enrichissement financier, similaire à ceux de tous les groupes précédents, on lui reproche sa particularité du flirty-fishing (utilisation des jeunes pour nouer des intrigues amoureuses et sexuelles dans le seul but de recruter pour la secte). Ce qui n'est pas nouveau, car c'était de règle dans des sectes gnostiques.

- L'Opus Dei ou Société sacerdotale de la Sainte-Croix et de l'Opus Dei,  fondé en 1928 par le prêtre aragonais José Maria Escriva de Balaguer, comprendrait 50.000 membres dans 73 pays. Très hiérarchisé en quatre ordres (les coopérateurs, les surnuméraires, les agrégés et les numéraires), cette secte de prêtres et de laïcs est accusée de chercher à occuper les postes clés dans le pouvoir gouvernemental, politique, bancaire, financier et technocratique. Mais on ne peut en dire rien de certain, car le mystère dont elle entoure ses statuts et la liste de ses membres, en ferait plus qu'une secte, une société secrète et une puissance occulte ...

    On voit par ces quelques exemples, sur des centaines de cas (dont les Témoins de Jéhovah, les Pentecôtistes, Iso-Zen, l'Eglise de la Providence ...) combien l'hétérogénéité s'accroît. Il s'agirait d'églises dont la principale activité serait l'enrichissement économique ou la prise de pouvoir politique et idéologique. Leur caractère commun est leur grand nombre de membres, qui éloigne du fondateur-dirigeant, réduit les phénomènes d'emprisonnement et d'emprise d'un petit groupe. Ce ne sont donc plus des sectes typiques où le chef charismatique connaît personnellement chacun de ses membres. Si on peut les quitter soudain sans trop de remontrances et d'ennuis, ce ne sont pas de vraies sectes.


3. Les multinationales financières

 

Après vient "la grande nébuleuse des sectes", où l'on mélange tout et n'importe quoi, pour arriver à abattre enfin son ennemi.

          Par exemple ont été qualifiés de sectes :

- La Méditation Transcendantale. (M.T.) Un Hindou, Mahesh Yogi, propage une méthode de "méditation" par répétition d’un mantra (syllabes sanskrites)

- L'association internationale pour la conscience de Krishna ou « Haré Krishna »  est une voie authentique qui en 1980 a créé le scandale des sectes en faisant  chanter et danser en public dans les centre-villes des occidentaux habillés en hindous.

- Raël (le Messager en hébreu) fondé par Claude Vorilhon, journaliste et chanteur,  interprète la Bible selon les OVNI et la liberté sexuelle.

- Reiki, en 1920 un prêtre catholique du Japon  inaugure une initiation payante en 3 degrés (ou 4)  pour devenir guérisseur.

- Mahikari, fondée en 1959 par Kotama Odaka (1901-1974),  transmet la lumière divine.

- Soka Gakkaï, née en 1930 à Tokyo selon la réforme bouddhiste de Nichiren,  a une grande puissance financière et politique

- Falun Gong  est une association de pratique du Taïchi, interdite et persécutée en Chine.

    Ces quelques exemples parmi des centaines rendent manifeste que ces groupes sont bien différents. Souvent ce groupe, modeste au début, a été fondé de façon authentique par un maître sincère dans un but très noble. Par la suite de nouveaux dirigeants les ont transformé en multinationales de profit et de domination. Mais ne peut-on pas en dire autant des grandes religions, des systèmes bancaires, des trusts industriels ? La coercition est-elle vraiment plus grande dans la Méditation transcendantale que dans l'Armée du Salut, les partis communistes ou l'Ordre de Malte, puissance souveraine ? Pourquoi ce qui intolérable chez les petits, est-il passé sous silence chez les forts ? D'ailleurs un groupe peut être devenu une secte pendant une ou plusieurs décennies, puis retrouver un fonctionnement démocratique et tolérant ou l'inverse.

Il est vrai qu'une multinationale (comme ITT, Shell, Ford, Toyota ...) est faite ouvertement pour gagner beaucoup d'argent et n'a pas d'enseignement religieux et moral. On peut reprocher aux sectes de changer constamment de nom et de susciter quantité de filiales (pratiques et utiles pour le public, comme des cours gratuits de rattrapage scolaire), mais c'est la pratique constante des églises et des partis politiques.

Les reproches contre ces multinationales peuvent être :

- la criminalisation et le terrorisme. Il est assez rare qu'une secte devienne agressive à l'extérieur, cependant il y a le cas de la secte japonaise Aum Shinri Kyo qui le 20 mars 1995 a causé onze morts dans le métro de Tokyo par empoisonnement avec le gaz Sarin. A moins que l'on ne considère comme secte toutes les sociétés terroristes (juives avant Israël, palestiniennes depuis, irlandaises, basques, corses ...). Certes le cas des Frères Musulmans (el-Ikhwan el-Muslimin), fondés en 1928 en Egypte, est à cheval puisqu'ils sont passés de la communauté religieuse au parti politique puis à société secrète terroriste, dans bien des pays de la Syrie à l'Algérie. Enfin Al Qaida est une société secrète pan-islamiste fondée par Ben Laden en 1988, rendue célèbre par ses attentats terroristes à New York et partout dans le monde.

- l'extorsion de fonds aux adhérents, les quêtes pour des buts humanitaires, la non-assistance à personne en danger de mort, l'exploitation du travail gratuit, l'enlèvement ou le détournement de mineurs. Mais on les accuse en plus de tout et de n'importe quoi : espionnage, trafic d'armes, blanchiment d'argent ...

- la non-déclaration d'impôts. Le plus souvent en France lorsque le statut d'église leur est soudain refusé, les "sectes" sont l'objet de gros redressement fiscaux : Conscience de Krishna 65 millions, Moonistes 35 millions ...

    Les Renseignements Généraux ont une liste de 10 critères, plus un groupe en rassemble, plus il est considéré comme une secte (déstabilisation mentale, exigences financières exorbitantes, rupture avec le milieu, abus sexuels ou physiques, embrigadement des enfants, discours antisocial, troubles de l'ordre public, démêlés judiciaires, détournements financiers, infiltration des institutions publiques et politiques).

 

La lutte contre l'oriental

 

Le succès de l'Orient a fait beaucoup de jaloux et d'envieux. En particulier les catholiques et les protestants, qui pendant des siècles ont envoyé des missionnaires sur toute la terre pour faire des conversions à la vraie religion, ne supportent pas que l'on leur rende la pareille et accusent maintenant les autres de corrompre les esprits et les âmes avec leur "contre-mission" (Mayer, 1985). Aussi assistons nous en cette fin de siècle à une intense campagne d'accusation de secte de tout ce qui vient de l'Orient. D'abord on a essayé de constituer un yoga chrétien, zen chrétien, taï-chi chrétien ... comme il y a des écoles chrétiennes, des hôpitaux chrétiens, des universités chrétiennes et des agences matrimoniales chrétiennes. Puis sont venus des mises en garde, des opuscules et des livres du type Non au yoga (Maurice Ray, Lausanne, 1977 3ème édition). Et l'on aboutit à cette phrase d'un présentateur à la Télévision  française: "on entre dans un cours de yoga et l'on se retrouve dans une secte". Alors que les cours de yoga ne sont pas plus une secte que les cours de judo, de tennis ou de Taïchi, que le Scoutisme, le Secours catholique ou la Croix-Rouge.

En fait certains chrétiens devant leur perte d'effectifs ne s'en prennent pas à eux-mêmes, mais préfèrent penser qu'on leur a volé des fidèles. Alors que les Hindous ne font aucun prosélytisme (à l'opposé des chrétiens) et qu'il est encore plus difficile de se convertir à l'Hindouisme que pour un chrétien de devenir un juif. En fait, il n'y a pas du en avoir 20, pendant que les chrétiens convertissaient 12 millions d'Indiens.

Il est curieux de voir dans bien des publications chrétiennes sur les sectes (Mayer, Vernette, Luca, Lenoir ...) qu'il n'y a aucune étude de sectes chrétiennes, mais uniquement (ou principalement) des dénonciations de sectes orientales ou "néo-orientales". Et la télévision française, chaque fois qu'il est question de secte ne manque pas de projeter des prises de vue (spectaculaires il est vrai) du Mandarom  où le fondateur avait la marotte de faire bâtir d'immenses statues colorées.

Mais le courant antisecte n'est pas simple ni homogène. En plus des grandes églises, les sectes ont maintenant contre elles : les matérialistes, les "rationalistes" du type "Union rationaliste", les médecins, les partis politiques, les parlementaires, les syndicats, les autres sectes et sociétés secrètes, etc. D'ailleurs tout un chacun est contre les sectes, le seul problème est de savoir comment on les définit et quelle en est la liste ! Et dans les listes publiées on trouve des clubs sportifs, des sociétés de pensée, des O.N.G., des lobbies ou groupement d'intérêts, des partis politiques avec leurs cellules, des associations caritatives, des groupes terroristes, etc.

Green Peace est-il une secte ? Et les indépendantistes corses, basques, serbes, irlandais ? (Board of Erin, St. Patrick boys, Defenders, Whiteboys, Oak boys, Hearts of Steel, Orangemen, Na-Gaël, Hibernians, Ribbon society, Sinn Fein ...).

Les dénonciations anti-sectes pratiquent essentiellement l'amalgame.
Par exemple, dans un article de la revue ELLE d'octobre 1996 Patricia Gandin dénonce sept "gourelles" fondatrices de sectes : Yvonne Trubert directrice d'IVI, Marguerite Preux directrice de la faculté de parapsychologie, Maud Pison institut de recherches psychanalytiques, Maïté Castano fondatrice d'Horus, Claire Nuer fondatrice d'Au coeur de la communication, Nicole Calot réincarnation du Christ, Nirmala Salve Devi fondatrice du Sahaja Yoga. Quel amalgame !  Et on leur reproche de faire ce que font les grandes églises depuis toujours. Ainsi, selon l'article, IVI a le culot de guérir par la prière et de vivre d'aumônes, comme à Lourdes.

On essaie d'attaquer les sectes sur l'exercice illégal de la médecine (mais prier n'est pas vendre une ordonnance de médicaments), l'utilisation du travail gratuit sans inscription à une caisse de retraite (comme dans tous les monastères depuis des siècles), la non-scolarisation d'enfants (mais les écoles privées sont libres) ...  On les accuse d'enrichissement personnel du chef, d’abus de biens sociaux, de domination des esprits, de mensonges et de dissimulation, de détournement de mineurs, de perversions sexuelles, de châtiments corporels ...

    Les sociologues Bromley et Shupe ont pu montrer que les mêmes reproches (et souvent les mêmes phrases) avaient été utilisés dans les campagnes anti-catholiques aux USA au dix-neuvième siècle : dupes d'un clergé avide et corrompu, avec des couvents-prisons dont on ne pouvait pas sortir (La religieuse de Diderot), immixtion dans la vie privée par la confession, perversions sexuelles des prêtres et pédophilie des éducateurs et éducatrices, la captation d'héritages, dons et legs, l'exploitation des pauvres pour se bâtir des lieux de culte somptueux ... De même toutes les accusations actuelles contre les sectes ont été présentées en Suisse au Grand Conseil en 1883 contre la secte de l'Armée du Salut, qui en plus "se faisait obéir par un fluide mystérieux et provoquant suicides et aliénation mentale".

Concrètement, on leur reproche de faire brûler des odeurs orientales, de chanter en sanskrit ou tibétain, de s'habiller en orange, de ne pas aller dans les écoles, les hôpitaux, les supermarchés, les bars et les discothèques, mais d'être contre les vaccins, de pratiquer des massages ou l'imposition des mains, d'être végétariens, macrobiotique ou bio, d'utiliser les compléments alimentaires,les semences naturelles,  l'homéopathie, l'acupuncture ...

La France est le seul pays au monde à avoir une telle position anti-secte, menant à des erreurs et des persécutions. Elle est l’objet de remontrances de la part de l’Europe pour son harcèlement des minorités religieuses ou spirituelles.    

Par exemple :

L’Essentiel. Une communauté de l’Aveyron qui édite une revue « l’Essentiel » est l’objet de honteuses persécutions et de nombreuses accusations qui s’effondrent lors du procès de Millau en 2003

- La famille. Après des accusations et des persécutions pendant six ans,  tous sont acquittés lors du procès d’Aix.-

- Tabitha’s. Cet ordre apostolique biblique, installé à Navarrenx, comme ailleurs dans le monde, est accusé de ne pas avoir la télé et de ne pas savoir qui est Zidane …


S’occupent de ces problèmes :

MIVILUDES, La mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires.

CNDS. La commission nationale de déontologie de la sécurité. www.cnds.fr

Le Centre d’information et de conseil des nouvelles spiritualités. www.cicns2.net

Le centre d’information sur les sectes. www.sectes-infos.net

La Coordination des associations et particuliers pour la liberté de conscience.

www.coordiap.com  avec un collectif d’avocats pour se défendre contre les accusations.

                    Pour notre part le problème nous paraît beaucoup moins résider dans les sectes que dans l'esprit sectaire.

 

Psychologie de l'esprit sectaire
 

    Dans une petite secte  le chef connaît personnellement chaque membre et  l'influence. La grande secte, souvent de type multinationale, est accusée de pratiquer "le lavage de cerveau". Cette technique, un peu mythique, aurait été mise au point dans les milieux militaires et politiques du système communiste, à partir des travaux de Pavlov sur le conditionnement des chiens et elle a été appliquée en Corée du Nord. Il s'agit de déconditionner ou de déprogrammer la personne, puis de la reconditionner ou reprogrammer. Par l'installation de réflexe automatiques acquis, on va au-delà de l'endoctrinement. Pour cela la personne est maintenue isolée pendant une à plusieurs semaines, soumise à un jeûne n'ayant que le strict minimum de boisson et de nourriture, privée au maximum de sommeil, de rêve et de toute satisfaction sexuelle, obligée de chanter et de répéter certaines phrases ... Divers raffinements ont été développés comme l'arrivée du couple agresseur/sauveur, le sauveur devenant par la suite le faux ami, ou l'Aveu ... En Chine communiste la forme maoïste de l'aveu est un système complet : dès que l'on a rédigé un court aveu de sa faute avec le récit sincère de sa vie, on est interrogé sans fin sur les détails imprécis ou faux et de plus en plus convaincu d'imposture et de mensonges culpabilisants. Aussi on parle plutôt maintenant de "manipulation mentale".    Certaines de ces techniques auraient déjà été pratiquées classiquement dans bien des ermitages, monastères, couvents de femmes, écoles chrétiennes, Missions pour évangéliser les sauvages, la Légion Etrangère, les Marines américains, les commandos parachutistes, les Milices territoriales des USA ...
     Pour se délivrer du lavage de cerveau le deprogramming est utilisé par des parents pour récupérant leur enfant. Après un enlèvement réussi, une équipe d'anciennes victimes de sectes se relaie pour convaincre le jeune et le faire revenir à son état normal en lui dévoilant toutes les fautes de sa secte. Et l'on est donc amené à utiliser exactement les méthodes précédentes, mais "pour la bonne cause". Donc le vrai lavage de cerveau, c'est le deprogramming.

    Dans les deux cas on est donc en face de l'esprit sectaire. Et "sectaire" signifie borné, entêté, intolérant ... L'autre est mis en prison, privé de liberté et soumis à une conversion, puisqu'il est dans l'erreur. Le critère central est le non-respect de la liberté de l'autre, car l'on a la conviction qu'il est dans l'erreur et que tout ce que l'on fait est pour son bien. La base est dans le totalitarisme : s'il n'y a qu'une vérité l'autre est forcément dans l'erreur et la première charité chrétienne est de l'en sortir d'où les Missionnaires et les conversions forcées. Il y a prise de possession de l'autre et c'est pour cela que c'est plus sensible avec les enfants, qui en tant que mineurs peuvent plus facilement appartenir à quelqu'un (parent, DASS, famille d'accueil, secte ...). L'autre est nié comme égal et comme personne, mais traité, par « une minityrannie » comme un mineur incapable de savoir ce qui est bien pour lui.

     Donc les adeptes des petites sectes ne sont pas n'importe qui : préprogrammés, ils lui sont adaptés. L'esprit sectaire a été présent chez leurs parents, qui ne les ont pas respectés comme personnes. Suggestionnés, infériorisés et culpabilisés, ils sentent qu'ils sont l'objet d'un processus d'emprise et d'appropriation de la part de leurs parents. Ceux qui se révoltent aux alentours de leur majorité sont une proie facile pour les sectes. Les fugueurs surtout et  autres jeunes paumés et dépressifs sont facilement repérés par les émissaires des sectes qui ratissent en permanence les gares et autres lieux où ils traînent désemparés et désorientés. Après, comme un autre propriétaire en a pris possession, les parents entrent dans une grande fureur et dans une guerre sans fin pour se les réapproprier.

    Le public des grandes sectes, pas aussi typé, comprend plusieurs degrés. Les nouveaux arrivants sont très sensibles à la chaleur de l'accueil, aux prestations quasi-gratuites, au succédané de famille, rassurés et éblouis par la possibilité de se faire très rapidement de très belles relations, ("du beau monde"). Ils ne sont pas choqués par les textes fondateurs et le discours théorique, qui sont souvent des compilations de piètre niveau, des élucubrations fumeuses, des invraisemblances irrationnelles et parfois de purs délires. Ils se sentent accueillis, respectés, aimés, on donne des réponses à toutes leurs questions, avec beaucoup de certitude et d'assurance et ils ont ainsi la conviction de faire partie des Elites ou des Elus. Parmi eux seul un petit nombre accroche et mérite d'accéder au second rang des organisateurs ou initiés. Ils découvrent alors la force des liens de solidarité, les profits matériels, le plaisir d'avoir enfin la révélation des "doctrines secrètes", et la fierté "d'être les élus qui vont sauver le monde", la récompense de grimper peu à peu dans la hiérarchie mystérieuse de la secte. Par là, ils commencent à faire corps avec la secte, dont ils deviennent sans s'en rendre compte à la fois les geôliers et les prisonniers.

     Pour échapper aux sectes il ne nous semble pas qu'il faille lutter contre elles avec leurs armes, car on devient souvent aussi sectaires qu’elles. Il faut se situer en dehors. Ainsi sont tout à l'opposé les Associations démocratiques à l'esprit d'ouverture et de tolérance, qui acceptent la multiplicité et les doubles appartenances. De plus certaines d'entre elles développent l'acceptation de la différence, la responsabilisation, le respect d'autrui et l'esprit de complémentarité : "c'est en ce que tu es différent de moi que tu me complètes et m'enrichis". Le contraire de la secte, qui enferme, est ce qui relie aux autres et ouvre à la liberté. Ce qui a toujours été le message de la spiritualité authentique et du transpersonnel.

 

Références

 

Abgrall Marie, La mécanique des sectes, Paris, Payot 1996
Becourt Thierry, La nouvelle chasse aux sorcières, 2004
Breton Philippe, La parole manipulée, Poche 2004
Bromley et Shupe, Strange Gods
, the great american Cult scare, Beacon Press, 1981
Bromley et Richardson,
Brainwashing/Deprogramming contreversy, N.Y. Mellen Press, 1983
Duhaime Jean, La peur des sectes, éd ouvrières, 2003
Duval Maurice, Ethnologue au Mandarom, PUF 2004
Etienne Bruno, La France, face aux sectes, Hachette, 2002
Fournier Guy, Le cercle de mort
, la tragédie de l'Ordre du Temple Solaire, éd. de l'Homme, 1996
Gest et Guyard, Les sectes en France, Rapport de l'Assemblée Nationale, 1996
Haack, Des sectes pour les jeunes ? Paris,  Mame, 1980
Hincker Laurent, Sectes, rumeurs, tribunaux, éd Nuée bleue
Ikor Roger, Les sectes, état d'urgence, Albin Michel, 1995
Introvigne M. , Pour en finir avec les sectes, Cesnur-Di Giovanni, Dervy
Joule-Beauvois, Petit traité de la manipulation à l'usage des honnêtes gens, Grenoble, PUG, 2002
Klosinsky, Sectes, alerte aux parents, éd. Brépols, 2001
Labruyère Joël, L’Etat inquisiteur,  éd des trois monts, 2002
Lallemand Alain, Les sectes en Belgique, EPO, 1994
Lampert Bernard, Le retour de l’intolérance, Bayard, 2005
Lioger Raphael, La France et ses religions d’Etat, Médicis, 2007
Luca, Lenoir, Sectes, Bayard éd. 1998
Leloup, Sectes, églises, religions, Le Fennec, 1993
Mayer Jean-François, Sectes nouvelles, Paris, éd. Cerf, 1985
Monroy et Fournier, Les sectes, éd. Les essentiels, Milan, 2004
Morelli Anne, Lettre ouverte à la secte des adversaires des sectes, Labor, 2006
Vivien, Les sectes en France, Paris, Documentation française, 1985
Wilson Bryan, Les sectes religieuses, Hachette, 1970