UN PROJET DE SOCIETE NATURISTE

 

par Marc-Alain DESCAMPS

 

 

Le naturisme est un mouvement de société apparu au début du vingtième siècle partout dans le monde. Issu de pratiques immémoriales de nu coutumier, il a commencé à se structurer et se théoriser, en réponse à la généralisation du mode de vie urbain, à la proscription du corps nu de la Restauration et à la pudibonderie de l'époque Victorienne . Devant les multiples et incessantes attaques contre la nature, les nuisances industrielles et la vogue de l'artificiel, il a été un des mouvements précurseurs de l'écologie humaine intégrale et de l'écologie naturelle.

Ses premières réalisations datent en France de 1928, mais l'on peut faire remonter ses racines théoriques jusqu'au médecin grec Hippocrate. Il est possible, en cette fin du vingtième siècle de faire le bilan de son apport et en ce début du vingt-et-unième siècle d'esquisser le tableau de la future société naturiste. Cette Vision inspirée de l'avenir est ce qui guide les efforts et les réalisations actuelles. Le naturisme de demain se prépare aujourd'hui. Le naturisme n'est pas que le fait de vivre intégralement nu, cela implique aussi une vision globale de l'homme, de la société, du monde, de la nature et de leurs rapports réciproques, maintenant et dans l'avenir. Un Projet de Société est constitué par toutes ces implications du Naturisme. Il est le développement de sa définition : "Le naturisme est une manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par une pratique de la nudité en commun, qui a pour but de favoriser le respect de soi-même, le respect d'autrui et celui de l'environnement".
 

1. Les conditions d'un projet de société. Le mouvement naturiste ne peut se doter d'un Projet de Société qu'au prix de la réalisation de nombreuses conditions :

- D'abord il faut un accord global sur certaines bases. Doit-on comprendre cet accord global comme un consensus ou comme un vote majoritaire ? Dans la mesure où existe un pourcentage non-négligeable d'individualistes  qui affirment : "Chacun vit son naturisme, comme il l'entend", aucun accord n'est possible. Pourtant il faut qu'il y ait un minimum d'entente sur les règles du football pour décider que l'on va jouer au football ensemble. Et que penser de ceux qui diraient : "Chacun vit son code de la route, comme il l'entend" ?   Aussi, dans un premier temps, est-il plus aisé pour un seul naturiste d'élaborer un projet de société, qui n'engage que lui et qui peut par la suite être critiqué, amendé, amélioré, développé.

- De plus il faut se sentir admis par la société globale, ou tout au moins en sécurité. Tant qu'un mouvement n'est pas reconnu et qu'il n'est qu'au mieux toléré par certains, tout en continuant à être pourchassé par d'autres, il ne peut pas s'affirmer et se donner en exemple.

- La création d'un projet de société correspond à une politique d'extériorisation. Dans un premier temps le naturisme a vécu silencieusement, replié sur lui-même, dans l'espoir de ne pas faire parler de lui. Il lui suffisait d'être toléré en gros et de pouvoir se développer en silence. Après avoir été reconnu le 28 octobre 1983, le mouvement a commencé une politique de communication avec des pages de publicités dans des magazines en mai 1996. Il n'y a eu ni procès, ni protestation, ni scandale.

- Enfin un projet de société est fait pour s'en servir. Un projet de société pourquoi faire ? Il peut certainement avoir des utilisations internes et externes. A l'intérieur du mouvement, il peut constituer un texte de référence, qui par la suite doit engendrer une constante précision et rectification. Mais il a un rôle à la fois moteur et directeur. A l'extérieur, le Projet de Société manifeste le non-repliement sur soi et l'envie de s'insérer dans la société du futur que tous contribuent à bâtir et à laquelle le naturisme espère apporter sa contribution.

2. L'apport du naturisme.  Après plus de 70 ans d'expérience le naturisme a montré que ce qui paraissait impossible est parfaitement possible.

- Il est possible de vivre nu en collectivité sans être gênés par les érections des hommes, sans orgies collectives et même sans regards déplacés. Les nudistes dans leurs centres gardent un comportement parfaitement naturel.

- Dans cette pratique il n'y a pas de jugements discriminants, pas d'esthétisme (alors que selon bien des non-naturistes, seuls les "jeunes et beaux" ont le droit de se mettre nus). Il n'y a pas de classement esthétique, où l'on donne des notes, même mentalement. Au contraire chacun a droit au respect dans sa vérité et sa nature. Donc il n'y a pas de stigmatisation : "le taré, l'handicapé, l'anormal, le monstre ...". Nu, donc accepté dans la reconnaissance de la gratuité de ce "don visuel".

- Il n'a pas de regards déplacés et gênants, "mater du regard". Le naturisme est un laboratoire avancé de la gestuelle humaine. Il s'y apprend la modernité du regard, qui est un regard rapide et discret et non pas lourd et insistant ou même provocateur.

- Cette pratique favorise la femme et la famille. Femme et enfants s'y sentent en sécurité et n'ont pas peur d'être violés ou agressés comme dans les rues avec les gens habillés. En se dévoilant entièrement on induit chez les autres une reconnaissance et un respect.

 

3. Le principe de base : suivre la nature. Les naturistes veulent respecter la nature, s'en écarter le moins possible, revenir autant que faire se peut à l'inspiration naturelle et lorsque c'est indispensable corriger la nature sans tomber dans les abus et les déprédations.

La nature c'est tout ce qui existait avant que l'espèce humaine apparaisse sur la terre. Mais la nature c'est aussi l'ensemble des règles qui régissent l'univers et que l'homme apprend peu à peu dans la stupéfaction et l'admiration de leur complexité. Plus particulièrement, la nature est sensible dans la Vie, ce processus qui s'est établi sur la planète Terre et se développe à travers l'Evolution. Enfin, dans un sens plus restrictif, on entend par nature, l'ensemble des espèces vivantes végétales et animales et leur milieu de vie, le biotope.

Les naturistes ne pensent pas que tout soit intégralement bon dans la nature et que l'humanité doive arrêter l'industrie et l'urbanisation pour retourner à la sauvagerie. La civilisation est l'évolution du processus par lequel l'homme a commencé à se protéger des éruptions volcaniques, des raz-de-marée, des ouragans, de la foudre, des épidémies et de tous les autres cataclysmes naturels. Dans les centres naturistes, la nature c'est aussi les ronces, les orties, les rats et les guêpes. Les naturistes sont donc pour le jardin (fabriqué par l'homme), mais ils préfèrent un jardin anglais, plus "naturel" qu'un jardin à la françaises avec ses buis taillés. Cette inspiration naturelle va se retrouver dans tous les domaines de réforme et de progrès.

 

4. l'attitude par rapport au corps. L'homme ne doit pas avoir honte de son corps et vivre dans la somatophobie. Nous commençons tout juste à sortir de 2.500 ans de haine du corps. Notre société occidentale a opposé l'esprit au corps et décidé que la raison vient de l'esprit et les passions du corps : elle a donc considéré le corps comme sale, infâme, vil, corrupteur ("la chair") et, en un mot honteux, (les parties honteuses). D'où découlaient les trois tabous du corps : la vue, le toucher et le vécu. Le plus important était la vue : on ne devait pas voir un corps humain qui devait vivre caché sous une housse ("la civilisation de la housse"), sauf les mains et le visage pour les Européens et tout caché pour les femmes du Maghreb ou d'Afghanistan. Nous avons de plus développé une extraordinaire vie à distance par peur du contact et du toucher des corps. Enfin les corps devaient avoir de la tenue, être sur leur gardes (au garde-à-vous) et pas décontracté ou "cool". Les naturistes proposent un vécu plus naturel de leur corps sans aucune peur, honte ou haine.

 

5. l'habillement. Ces naturistes sont des nudistes ou des nudo-naturistes donc partisans d'un naturisme intégral. Ce qui les différencie de certains écologistes ou naturistes opposés au nudisme (Carton, Durville ...). Ils réclament la fin du fétichisme vestimentaire, ce qui est le corollaire de la fin du tabou de la vue du corps. Les vêtements, on les prend quand on en a besoin et l'on ne s'en encombre plus quand on n'en a plus besoin. Ce qui a toujours la pratique des peuples naturels (anciens Grecs, Nilotes, anciens Hindous, Egyptiens, Maoris ...). Quand les vêtements sont utiles (contre le froid, le vent, la pluie, la contamination ...) on les utilise, mais quand ils deviennent inutiles, on ne les idolâtre pas, on n'en fait pas des fétiches dont on ne peut plus se séparer par honte d'un corps nu. L'habitude d'être recouvert engendre la honte de son corps naturel. Le type caricatural du vêtement fétichiste est le maillot de bain, bikini, cache-sexe ou string . Il ne sert strictement à rien, n'a plus aucune fonction de protection. Sa seule fonction est de continuer à exciter le désir en cachant quelque chose d'aussi honteux qu'excitant. Les naturistes préconisent de vivre le plus souvent possible sans aucun vêtement, en particulier pour la douche et les bains d'eau, de soleil, d'air et de lumière.

Cependant à la fonction de protection du vêtement, les naturistes ajoutent parfois celle de parure, mais en s'amusant, sans devenir esclaves de ce qu'ils viennent d'inventer. Aussi comprennent-ils un courant qui aime suivre la mode, la coquetterie et l'élégance et un autre courant de simplicité et de sobriété, qui préfère des habits décontractés, sportifs ou non-érotiques.

 

6. l'amour de la nature. Le programme de défense de la nature élaboré par les naturistes au fil des siècles, s'est précisé avec tous les scandales successifs de pollution, dégradation et d'atteinte aux formes de vie. Le premier danger est celui des "bétonneurs" qui n'ont qu'une idée quand ils voient un beau paysage naturel : le recouvrir de macadam et gagner beaucoup d'argent en vendant des lots très cher. De même les entrepreneurs et industriels, sous la loi du profit maximum, polluent la terre, l'eau, l'air avec leurs déchets et rejets. Même les explorateurs et les touristes laissent s'entasser leurs ordures du Mont Blanc à l'Everest, du Sahara à l'Antarctique. Et il commence à y en avoir sur la Lune et sur Mars.

L'homme doit développer la production et l'usage des matériaux biodégradables. Son amour de la nature doit lui inspirer une protection effective de tous les jours. Cet amour peut avoir une inspiration naturiste. Lorsqu'un être humain reste intégralement nu dans un milieu naturel (forêt, pré, montagne ...), finit par s'installer en lui au bout d'une demi-heure ce sentiment d'unité avec la nature par fusion et participation affective. Et ceci est le principal apport naturiste à l'écologie, car cette communion avec le milieu naturel se réalise mieux lorsque l'homme est retourné aussi dans son état naturel, c'est-à-dire intégralement nu.

Après, l'approfondissement de ce premier sentiment lui permet de passer à des activités effectives de protection de la nature, en lui et hors de lui, puis à l'obtention d'une authentique conscience écologique.

Il existe même parmi les naturistes un courant d'écologie spiritualiste (la deep ecology des anglo-saxons). La nature n'est plus alors conçue comme un simple ensemble de lois scientifiques, mais comme un être vivant, ainsi qu'elle a toujours vécue par les Grecs (Gaïa ou Phusis), les Romains (Natura), les Romantiques (Novalis, Schelling) ou Bergson (l'énergie créatrice). La forme la plus récente de ce courant est "Gaïa, Terre Vivante" ; selon James Lovelock le but de cet être planétaire est de perpétuer la vie. La biosphère se révèle effectivement être autorégulatrice (constante de la température, du CO2, du méthane, de l'albédo ...)

 

7. la gestion des espaces naturels. Les naturistes sont pour un respect des espaces naturels et sont pour leur utilisation parcimonieuse, particulièrement avec l'Antarctique et les dernières forêts vierges du globe. La déforestation outrancière de pays comme le Brésil, la Thaïlande, l'Indonésie, Bornéo ou l'Inde est une atteinte au patrimoine de l'humanité. Certes les problèmes dans les pays sous-développés sont encore plus grands qu'en Europe. Et l'on ne peut pas leur demander de se montrer maintenant plus responsables que nous ne l'étions quand nous les avons colonisés. Les naturistes ont toujours été pour la création et l'entretien des parcs nationaux ainsi que pour la protection du littoral.

 

8. l'agriculture et la gestion du rural.  Une vision d'avenir va vers une agriculture biologique et naturelle. Il n'y a pas de domaine où la culture de l'artificiel ait des effets plus désastreux. Le mouvement de contestation de l'agriculture industrielle est déjà fermement engagé. L'abus des engrais chimiques et des désherbants provient d'une gestion non-naturelle du sol et provoque une pollution des rivières, de la nappe phréatique et donc des sources. L'élevage industriel en zone rurale aussi. Cette agriculture industrielle est autodestructrice par épuisement de la terre exigeant toujours plus d'engrais et par surproduction. Le pire est le déboisement systématique, cela commence avec la destruction des forêts, puis vient celle des haies, des espaces humides ou verts. Les dérégulations constantes du marché privent de valeur ce que l'on vient de produire par chute des cours. La troisième révolution agricole est en marche. Désormais dans les pays développés il faut engager une agriculture de qualité et non de quantité. L'avenir d'une partie de la population, non-économiquement rentable, repose sur des cultures vivrières en autarcie. De plus les agriculteurs doivent aussi  voir reconnue leur mission de gardiens du paysage rural. Certains d'entre eux peuvent contribuer essentiellement à la gestion et l'entretien de parcs de nature.

 

9. l'urbanisation et la politique de la ville. L'ennemi de la nature c'est l'argent, l'appas du gain et par conséquent le promoteur immobilier dont le seul but est de bétonner la terre entière en installant des constructions rentables. Il est curieux de constater que souvent le ministère de protection de la nature devient celui de l'environnement ou de l'aménagement du territoire c'est-à-dire de la bétonification à outrance. Dans bien des pays comme la Méditerranée ou l'Atlantique la paysage du bord de mer a disparu et a été remplacé par un immense mur de béton. Le drame des banlieues vient de cette exploitation extrême et du projet d'un habitat le moins coûteux possible : construire des cages à lapins de plus en plus grandes sur des terrains déserts qui ne coûtent pas cher. La politique de la ville est dans cette ségrégation sociale qui fait entasser les pauvres dans les endroits qui coûtent le moins cher.

La réforme naturiste de la ville va vers une insertion de la nature dans la ville. Les immeubles pas trop monstrueux s'intégrant dans des espaces verts. Ou bien les tours de verre sont assez espacées pour laisser passer la lumière. L'idéal serait que personne ne soit obligé de vivre et travailler toute la journée à la lumière artificielle.

L'aménagement du territoire. Les naturistes sont contre la désertification du sol français (puis européen), mais ils ne sont pas contre les aéroports, les T.G.V. et les autoroutes. La difficulté vient de la recherche du profit maximum au détriment des éléments humains, alors qu'il faut toujours, au contraire, réduire les nuisances pour les usagers et le voisinage (bruit, fumées, vibrations, odeurs ...).

Il est certain que la société humaine fait partie intégrante de la nature et qu'une partie de plus en plus grande de la nature est faite par l'homme : des déserts sont replantés et habités, des montagnes sont rendues vivables, des îles sont reliées aux continents, des polders protégés par des digues, des terrils de charbon sont transformés en parcs de jeux, etc. Tous les rivages des villes au bord de la mer sont profondément remodelés par de nouveaux ports et marinas ...

Bientôt il va y avoir des satellites habités et des stations orbitales. Les naturistes ne sont pas contre la conquête de l'espace, mais ils demandent qu'ont ne refasse pas avec la nature vierge les mêmes erreurs qu'avec les exploitations coloniales.

 

10. l'habitat. Les naturistes cherchent un habitat le plus proche possible de la nature. Le camping d'insertion sous une toile de tente a été possible tant qu'il n'y a eu que peu de personnes à le pratiquer. Son succès l'a détruit et transformé en villes de toiles d'été, qui sont l'habitat le moins cher et la promiscuité la plus grande. Faute donc de pouvoir bâtir les villes à la campagne, c'est la nature qu'il faut mettre dans les villes. Et c'est ce qui a été fait un peu partout : les fleurs, les jardins et les rues piétonnes ont remplacé la dictature des voitures. Il n'est plus possible en France de bâtir sans les commodités de l'hygiène, mais on est souvent passé d'un excès à l'autre. Par exemple, les immeubles à mur de verre interdisent d'ouvrir les fenêtres, exigent une climatisation et sont si indiscrets qu'on est obligé de les doubler de rideaux ... Pendant longtemps les naturistes ont rêvé de villages de nudistes, puis de villes naturistes, mais cela ne s'est installé nulle part.

 

11. les loisirs. Le naturisme est devenu une activité de loisir et principalement de vacances. Mais pour les naturistes c'est donc un travail journalier qui les a conduit à réfléchir sur les rapports travail/loisir. La nature du travail a beaucoup changé et se rapproche du loisir : l'homme n'est plus une force de travail, mais a de plus en plus un rôle de conception, d'organisation, de surveillance et de dépannage. Le temps de loisir s'accroît et devient même la principale source de travail. L'activité d'animation se situe à cheval entre le travail et le loisir. Bien entendu il faut que les loisirs soient éducatifs et deviennent une occasion d'enrichissement et d'épanouissement. Cela ne peut pas rester une dérivation, une simple distraction, une occasion d'abrutissement comme les jeux d'argents, les machines à sou, les "foires du Trône", les spectacles navrants de la T.V. française ... Les naturistes ont toujours été contre le "bronzer idiot" et ils ont été les premiers dans leurs clubs et leurs centres à développer des activités d'éveil, éducatives ou culturelles. Ainsi par le volontariat la différence se réduit entre travail et loisir et finit même par s'annuler.

 

12. Le tourisme. Le tourisme est l'une des inventions les plus extraordinaires du monde moderne. Chacun va en visite chez le voisin pour lui apprendre à admirer ce qu'il banalisait, ignorait ou méprisait. Il change donc son regard à sa plus grande stupéfaction (celle des premiers Maoris voyant des Européens s'extasier sur la beauté de leurs îles). Ceci contribue à l'unification de tous les peuples de la terre et à la mondialisation (par exemple à l'universelle diffusion  du costume européen). Mais le tourisme est aussi un destructeur de cultures, les populations vraiment différentes explosent devant de défilé incessant des touristes et de tout ce qui va avec (les derniers peuples à l'âge de la pierre en Nouvelle-Guinée). Le tourisme est en multiplication exponentielle et le monde entier doit s'y adapter. Les sites et monuments atteignent vite la limite du défilé continu et incessant des touristes (chaque groupe d'avion ne peut passer que 30 minutes à Abou-Simbel). A la limite on crée un site spécial pour les touristes (Lascaux) et bientôt il faudra en aménager plusieurs.

Les naturistes ne sont pas pour ces grandes expositions où dans un Musée on essaie d'apercevoir des tableaux derrière un mur de six personnes. Ils rappellent qu'il y a aussi d'immenses paysages de nature entièrement déserts dans le monde entier et même en France  quantité de villages autrefois habités sont maintenant déserts et tombent en ruine. Heureusement la France, favorisée par son climat, est l'objet d'un intense tourisme dans tous ses Centres naturistes. Cela peut encore se développer et fournir de nouveaux emplois.

 

13. Le "sport" naturiste. Le sport est une invention anglo-saxonne du dix-neuvième siècle, fondée sur la compétition, qui dénature les activités physiques traditionnelles. Les critiques du sport sont maintenant bien connues : sport-compétition (toute activité physique saine est transformée en lutte pour déterminer le gagnant et le perdant), sport-violence (matchs de boxe, "supporters", bagarres dans les stades ...), sport-champion (l'éducation populaire est remplacée par la sélection des champions), sport-dopage (ces champions doivent prendre des fortifiants et autres anabolisants), sport-spectacle (les "sportifs" de stades, puis maintenant de la T.V.), sport-pari (boxe, courses de chevaux, de chiens), sport-argent (gains des professionnels et des dirigeants), sport-publicité, sport-nationalisme, sport raciste, etc.

Les naturistes ont essayé de présenter une toute autre conception des activités physiques : de groupe, populaire, familiale, pour tous ... Ainsi dans des démonstrations de natation, le plus de membres possible de la même famille, ou une équipe de trois générations ... Préférer la planche à voile au bateau à moteur ou au scooter aquatique, la marche en forêt à la moto verte, etc.

 

14. L'Art.  Les critiques contre le sport sont à peu près équivalente dans l'art. Les naturistes dénoncent un art de super-vedettes, de spectacle, avec une exploitation commerciale éhontée (peintres de Galeries, Bourse des tableaux, Arts du déchet ...), une littérature de supermarché, une édition scandaleuse des livres transformés en best-sellers, une exaltation constante de ce qu'on refuse dans la vie (crime, tortures, viols ...), une musique de la violence (concerts fracassants,  hard-rock néogothique ...), des romans polars et des films policiers, la T.V. qui endort ... A la place ils proposent une pratique individuelle des arts (apprentissage, puis pratique des danses folkloriques et des chorales, de la flûte ou de la guitare, du dessin, modelage, poterie, tissage, photo ...). L'art, il ne suffit pas de l'admirer, il faut aussi le pratiquer.

 

15. L'alimentation. Les naturistes ne préconisent plus aucune abstinence, mais une modération dans l'usage de l'alcool, de la viande, du tabac, des excitants ... Les végétariens sont parmi eux minoritaires, mais les scandales de la viande "des vaches folles" ont confirmé toutes leurs critiques envers le circuit commercial d'exploitation de la viande et l'alimentation carnivore. Sans tomber dans les excès de l'alimentation "bio" ou de l'allégé, il y a une méfiance envers l'abus des conserves, des succédanés chimiques et de tout ce qui conduit à l'obésité et à l'intoxication. La pratique d'un régime alimentaire intelligent, les cures de fruits, parfois les diètes hydriques se conjuguent avec le fait de manger consciemment (donc silencieusement en mâchant plus de dix fois chaque bouchée).

Les transformations de la société sont déjà spectaculaires : les eaux minérales remplacent les alcools et même la publicité préconise de boire plus d'un litre d'eau par jour.

 

16. La chasse et la protection des animaux sauvages. Il n'y a en France qu'une petite minorité de nudistes à pratiquer la chasse. Encore protestent-ils que c'est une occasion de se promener dans la nature. En ce cas, pourquoi ne passent-ils pas à la chasse photographique ? Qu'ont-ils besoin d'un fusil ? Il est vrai que la gestion des animaux sauvages n'est pas facile : dès qu'ils sont protégés, ils se reproduisent trop (cerfs, daims, sangliers ...) et doivent être régulés. Mais quel plaisir peut-on avoir de transformer un oiseau qui vole en une boule de plumes ensanglantées ? Il y a autant de chasseurs en France que dans les reste de l'Europe et il en est de même pour les pêcheurs.

 

17. Les soins de santé. L'hygiène prévient la maladie. Les naturistes ont toujours préconisé les bains d'eau, d'air, de soleil ... Ils ont toujours été les premiers à demander une prudence et une habituation progressive dans l'ensoleillement pour éviter les insolations et les accidents de la peau. Ils sont heureux de voir entrer dans les moeurs et se développer, en plus des hammams et saunas, la balnéothérapie, la thalassothérapie, l'héliothérapie, le thermalisme ...

La gymnastique volontaire peut trouver ici sa place plutôt que dans le sport. Mais il est bien certain que la pratique dehors sera toujours meilleure à celle du vélo d'appartement.

 

18. La médecine. Il est stupéfiant dans ce domaine de voir combien ce qui était demandé avant dernière guerre commence à être appliqué. On dénonce l'intoxication pharmaceutique, la surconsommation médicale et l'acharnement thérapeutique. Les attitudes par rapport au soulagement de la douleur et à la mort commencent à être plus rationnelles. L'acupuncture, la mésothérapie, l'ostéopathie, l'homéopathie sont enfin reconnues, les médecines douces, les traitements alternatifs, les médecines parallèles se diffusent. Les naturistes sont pour les progrès de la médecine et la disparition des épidémies, mais en donnant la préférence à ce qui est naturel : par exemple, retrouver un sommeil naturel par des méthodes psychologiques au lieu de s'intoxiquer avec le couple barbiturique/amphétamine. De même la fin de l'acharnement thérapeutique doit permettre de retrouver la mort naturelle.

 

19. L'éthique bio-médicale. Qu'est-ce que l'éthique bio-médicale, sinon la reconnaissance et la prise en compte de ce que demandent les naturistes : rester le plus proche possible de la nature ? Ne pas cloner l'être humain en autant d'exemplaire que l'on veut. Pas de mères ménopausée de plus de soixante ans. Pas le location de ventre. Pas d'expérimentation sur les foetus et les embryons humains. Pas de manipulation du génome humain en vue de la création de races supérieures. Arrêt des mutilations sexuelles, féminines et masculines. Pas de refus de soins ou de mise à part des gens atteint du Sida dans des ghettos. Pas de trafic de sang contaminé ou de vols d'organes à transférer. Respect du secret médical, même en médecine du travail. Exigence d'un "consentement libre, éclairé et express" pour tout acte médical. Soulagement de la douleur, spécialement pour les femmes, les enfants, les personnes en phase terminale, etc.

 

20. Animation de groupe et psychothérapie. La médecine doit tenir compte de la psychologie individuelle, bien des maladies physiques ne sont qu'un passage à l'acte ou une somatisation de tensions psychologiques. Mais il existe aussi des problèmes collectifs et conflits de groupe qui doivent être désamorcés par des pratiques adéquates. La délinquance sera réglée beaucoup plus par des animateurs sociaux et l'accompagnement d'éducateurs que par des jours de prison. Les centres naturistes font la démonstration  d'une animation réussie offrant des techniques de psychothérapie de groupe (Sophrologie, relaxation, massage, Yoga ...).

 

21. Les rapports humains. Le naturisme va avec des relations simples, franches et naturelles. La nudité, par la suppression des uniformes et de tous les signes de systèmes hiérarchiques, induit un abord plus direct et des rapports plus égalitaires. Le naturisme a toujours favorisé la libération de la femme de son oppression séculaire et de sa réduction à un objet de désir de par ses vêtements infériorisants. Il est pour l'égalité entre les sexes et pour l'égalisation des différentes classes sociales.

Ces problèmes dépassent le cadre de la nation et touchent l'économie mondiale et le droit international. Le naturisme engendre une attitude pacifique, il considère que les problèmes internationaux doivent être réglés par la diplomatie et non par les guerres. Mais la création de situations de pauvreté dans des pays du quart-monde ainsi que les déséquilibres de populations, ne peuvent qu'être à l'origine de conflits violents. Il faut donc aller vers un partage plus équitable des richesses du monde.

Le mouvement naturiste, qui s'est construit sur le dévouement et le bénévolat, considère que les sociétés humaines ne peuvent fonctionner qu'avec de la générosité et du désintéressement.

 

22. La politique familiale et le féminisme. Le naturisme est un mouvement familial et il entend donc promouvoir la famille. Mais la famille n'est pas un donné naturel, elle est une construction sociale. La forme actuelle est le résultat d'une longue évolution des civilisations. La famille doit être défendue et promue par l'Etat, car elle demande des sacrifices individuels, faute de cela on retourne très vite à l'égoïsme individuel et au refus des responsabilités. La famille actuelle est certainement centrée sur l'éducation des enfants en bas-âge. Les avantages qu'offrent les centres naturistes en ces domaines sont considérables et il s'agit donc d'un soutient important surtout pour les familles moins favorisées.

Ils sont aussi une aide et une protection de la femme. Lorsqu'elle est intégralement nue dans un centre naturiste, elle se sent plus en sécurité et plus respectée que, couverte de vêtements, dans les rues des grandes cités. Dans la société le respect de la femme inclut l'égalisation dans tous les domaines où elle a été autrefois opprimée (sexualité, reproduction, travail, salaires, création artistique et intellectuelle, politique, églises ...).

 

23. Les problèmes d'éducation.  La Fédération française de Naturisme étant reconnue comme un mouvement d'éducation populaire a un programme éducatif. L'enfant ne doit pas être considéré comme un être inférieur dans la famille et dans l'école. Le premier élément de base est dans le respect de l'enfance et la reconnaissance de ses droits. En particulier les adultes ne peuvent pas avoir de pratiques sexuelles avec un jeune enfant sans le perturber durablement. Le naturisme inclut une condemnation très ferme de la pédophilie (comme de l'exibitionnisme et du voyeurisme) et lutte contre toute infiltration dans son mouvement en particulier et dans la société en général.

Il faut une éducation qui éveille l'initiative et épanouisse la personnalité, au lieu de la brimer systématiquement en ne favorisant que la mémoire et la répétition. L'école doit être ouverte sur la vie et sur son entourage, tout en étant protégée de la violence et des agressions extérieures. Les classes de nature doivent être développées. Dans son aspect le plus général, il faut dans un pays orienter en fonction des aptitudes et des compétences de chacun, au lieu de sélectionner en ne prenant que les refusés de l'échelon supérieur.

Mais l'éducation ne cesse jamais, elle est continue et permanente. Elle s'adresse donc à tous, quel que soit l'âge, le sexe ou la situation. Il y a aussi une éducation par la nature, telle qu'elle a été pensée par Rousseau ou organisée par le Scoutisme. Elle favorise l'autonomie et se lie à une éducation corporelle et à une éducation professionnelle.

La pédagogie et la didactique vont plus loin : elles sont l'art de rendre intéressant ce qui ne l'était pas au départ. Le plus urgent est d'apprendre à apprendre et donc la première pédagogie porte sur l'éducation des éducateurs.

 

24. La spiritualité. L'homme nu ne doit pas être considéré comme un sauvage ou un animal. Il a un idéal qu'il tente d'exprimer  par sa tenue naturelle. Ce sont d'abord les Valeurs. Les valeurs naturistes sont le dépouillement, la libération, la simplicité, la réconciliation, l'innocence ... Certains vont au-delà et peuvent donner un nom à cet idéal : la Nature, Dieu, l'Humanisme ... Spinoza écrivait déjà Deus, sive Natura, Dieu, c'est-à-dire la Nature. Dans le rapport du nudiste à la nature dans laquelle il s'insère, il y a une participation et une perception de sa vie et son intention. Le monde n'est pas une pure machine absurde, due au hasard. Un Sens émerge auquel le naturiste entend apporter son aide.

Par contre le Naturisme n'est pas une religion. Il est pour la Laïcité, c'est-à-dire la séparation de l'église et de l'état. Et il est lui même laïque, en n'ayant aucune position dans l'organisation d'une religion ou de son église. Il n'est pas non plus une secte et il promeut au contraire des idéaux de respect des individus, de la liberté des personnes et refuse l'embrigadement, les dogmes et l'emprise idéologique. Il ne participe pas  non plus à la lutte des différents partis politiques et il ne faut pas le confondre avec "le parti de la loi naturelle".

 

25. La démocratie. Le naturisme, expression d'une liberté fondamentale de l'homme, a toujours été combattu par les régimes autoritaires, policiers, tyranniques ou intégristes. Par contre, sa liberté, sa solidarité et son pacifisme sont une inspiration de la démocratie par le respect du à la dignité de la personne. Le travail de coopérateur dans la recherche et la mise en état de tous ces petits clubs naturistes périurbains est un modèle de démocratie vécue, de même que la gestion d'une fédération de centaines de clubs délivrant plus de 75.000 licences. La communion avec la nature permet de retrouver les vraies valeurs et le naturisme, avec sa gestion de la vie en commun, est un vrai laboratoire de la démocratie vécue.

 

                                                     ___________________________________