Écrire à Marc-Alain



webmaster

 

 

 


                      

1. LA SAGESSE DU ZEN

Recueil des meilleurs Koans des maîtres Zen. Un Koan est un essai pour traduire l’indicible de l’Eveil, proposé au débutant en tant qu’énigme. Ceci constitue aussi une histoire du Zen.

1. JOSHU. 778-897
La terre s’enfonce, le ciel s’écroule
Le poisson joue sur l’arbre et l’oiseau vole dans l’eau .
Que faire lorsque je n ‘apporte rien ? - Abandonnez !
- J’apporte rien, que dois-je abandonner ?
- Si vous ne pouvez-pas l’abandonner, alors partez en le gardant !

2. YOSAÏ, 1141-1215, dit le père du thé.
Le Zen et le thé ont-ils le même goût 7

3. DOGEN. 1200-1252, fondateur du Soto Zen
En Chine j’ai appris seulement que les yeux sont horizontaux et le nez vertical.
Comment manger avec son nez ?
Quel est ton Visage Originel ?
Quel visage avais-tu avant que tes parents se rencontrent ?

Quand vous serez abstraits de corps et d’esprit, votre Visage Origi-nel vous apparaîtra.
4. KEIZAN. 1268-1325
En réalisant la Voie, c’est la Terre et tous les Etres vivants qui la réalisent.

5. DAITO. 1282-1337, le calligraphe
Cette pastèque est pour celui qui viendra la chercher sans jambe.
- Portes la moi sans main !
Si tu rencontres le Bouddha, tues-le.
Notre propre esprit est Bouddha,
donc il n’est pas besoin de s’in-cliner devant les Bouddhas.
Notre propre esprit est le Bouddha des Origines.
Devenir Bouddha consiste à voir notre propre Essence.
Le Visage originel ou la Nature de Bouddha, c’est la source de nos pensées : notre propre Esprit.

6. KANZAN.
Quel est le sens de la venue en Chine du 1er patriarche ?
- Le cyprès dans le jardin.
Dans la régle du cyprès dans le jardin se dégage une activité de brigand.

7. MUSO. 1275-1351 ou l’art des jardins zen.
J’ai brisé l’os du vide.
Le sceau sans fond.
Le soleil est clair à midi.
Un veau est né au sommet de la hampe d’un temple.
Les nuages s’amassent au Sud et il pleut au Nord.
On joue du tambour en Chine, on danse en Corée.
Une scie en acier danse la farandole.

8. BASSUI. 1327-1387.
Brisez les miroirs.
Abandonner l’éveil éveillé et retourner au sujet s’éveillant.
Quel est celui qui voit et qui entend ?
Qui écoute le sermon ?

9. TAKUAN. 1373-1645. du tir à l’arc, ou kendo
Le sabre fend la brise printanière le temps d’un éclair.
Sois libre et souple comme la brise printanière.
On doit provoquer son esprit sans le tenir nul le part(Sutra/diamant)
Soyez en tension directe, mais avec nonchalance.

10. BUNAN. 1603-1676.
“Originellement il n’y a rien” Gûdo
Le Bouddhisme consiste à nous anéantir nous-même pour faire paraître directement l’Esprit.
Il n’y a pas de mien qui soit mien.

11. BANKEI. 1622-1693.
Demeurer dans l’esprit de non-naissance.
Unique et immortel.

12. TETSUGEN. 1630-1683. fondateur du Zen Obaku 4
La matière est le vide. Le samsara est le nirvana.
Le néant est la forme (Prajna parâmita)
Pourquoi le pur substantiel des Origines se révèle-t-il soudain com-me de la matière sous nos yeux ?

13. HAKUIN. 1685-1768. Peintre zen, sumyé.
Le tigre féroce ne mange pas de viande pourrie.
Le son d’une seule main. La situation d’une seule couleur.
Le bambou existe en dessus et en dessous de son noeud.
Lorsque l’on traverse un pont, le pont coule et l’eau ne coule pas.
Voir l’étoile polaire dans l’hémisphère austral.
L’homme regarde, la fleur sourit.
Le cheval blanc pénètre la fleur de roseau.
Les nuages blancs contiennent la montagne bleue.
Avant les montagnes sont des montagnes, pendant les montagnes ne sont pas des montagnes, après les montagnes sont à nouveau des montagnes.

14. SHOSAN SUZUKI.1870-1966.
L’éveil est l’éveil qui s’éveille sans s’éveiller.
L’éveil qui s’éveille est l’éveil en rêve.
Le soleil de midi ne fait pas d’ombre.
L’illumination vraie ne brille pas.

15. HISAMATSU
L’éveil est un moi sans forme, délivré de tout ce qui a été corpo-rel et spirituel.
Le Bouddha est celui qui s’est éveillé au moi sans forme.
Le néant n’est rien d’autre que le moi sans forme.
L’esprit sans pensée. Parvenir à l’état sans réflexion et sans pen-sée
où l’esprit communie avec la nature dans l’illumination ins-tantanée.
Un des plus célèbres Sutras du Canon bouddhique, le Sutra du Cœur (Hridaya N.54)
(gaté, paragaté, samparagaté).
Il faut aller au-delà et au-delà de l‘au-delà,
dans l‘au-delà de l’au-delà de l‘au-delà.

2.  L’ÉVEIL ET LA VIE

L’Eveil c’est éviter de passer à coté de sa vie et s’ouvrir à l’infinie richesse du présent. Il ne saurait être une fuite dans le passé ou un rêve du futur, c’est ici et maintenant à cet instant qu’il peut se passer et à cet unique instant. Mais la vie est morne, banale et quotidienne (pour beaucoup) et l’on s’y endort au lieu d’aller vers l’éveil. Alors l’éveil est une rupture avec l’habituel, aussi l’a-t-on nommé l’inhabituel, l’intempestif, l’imprévu. Il nous ouvre à un au-delà de la vie. S’éveiller c’est ouvrir les yeux et accéder à une autre dimension de soi, des autres, du monde. Cette dimension ne serait-elle pas celle du réveil de l’Etre ?

Veille, éveil, réveil

S’éveiller, c’est sortir du sommeil. Mais on peut dormir les yeux ouverts. Alors il faudrait admettre que ce que l’on nomme parfois “éveil” n’est qu’un réveil, comparable à celui du matin qui peut fort bien nous laisser ensommeillé pour toute la journée. La veille devrait pourtant être un état de vigilance. Mais la vigilance est un degré au-dessus : il ne suffit pas de se réveiller, il faudrait en plus ne pas retomber dans le sommeil, ou somnoler doucement. Etre vigilant est un refus de se laisser gagner à nouveau par le sommeil du ron-ron quotidien. Est-il la brisure qui nous fait les yeux émerveillés ?

Eveil et merveille

On ne peut pas s’apercevoir du réveil de la vie au printemps, sans s ‘émerveiller. Bien avant les fleurs, la vie est déjà là dans ce frémissement. La résurrection du végétal provoque la joie et les chants. Comment ne pas s’émerveiller aussi de tel regard ? de tel sourire d’enfant ? La présence de la vie dans le moindre brin d’herbe est une source inépuisable de joie sans fin. L’éveil est certainement une lumière qui s’allume dans la nuit.

L’Eveil éveillé

L’éveil éveillé est un éveil s’éveillant. Le souvenir de l’éveil n’est plus un éveil ; au mieux il ne peut devenir qu’un éveil remémoré. Parfois il n’est plus qu’un récit. 

Pourtant combien cherchent à gagner leur vie, en racontant “leur éveil”. Mais un éveil vendu est-il encore un éveil ? d’autant moins qu’il est re-vendu, c’est-à-dire vendu tant et tant de fois que l’on ne s’en souvient même plus et que l’on se contente de rabacher en le remâchant.

Ce débat éternel se retrouve dans ces poèmes de deux Eveillés

A.    Notre corps est l’arbre de l’Eveil.

Notre esprit est comme un miroir clair.

Efforcez-vous de le polir toujours,

   sans laisser la poussière se déposer.    (Chen-Siéou)

B.    Originellement t’Eveil n’a pas d’arbre.

Là, n ‘existe aucun miroir clair.

Je suis dés l’origine la Vacuité absolue.

  Où la poussière pourrait-elle se déposer?   (Houei-Neng)