Écrire à Marc-Alain



webmaster

 

 

 


                      

LA PLAINTE DU FEMININ DANS LA GNOSE

Pendant 400 ans les Gnostiques, groupés autour d’Alexandrie,
ont voulu librement présenter la religion salvatrice,
qui groupe ce qu’il y avait de meilleur dans toutes les religions,
sans exclure la femme.
Puis en 312 la victoire de l’empereur Constantin a fait
de la petite secte des chrétiens le religion obligatoire de l’Empire.
Rapidement tous les groupes gnostiques ont été exterminés.
Par hasard en Egypte en 1945, à Nag Hammada ont été retrouvés
quelques livres des Gnostiques.
Celui de Valentin "Pistis Sophia" date du IVème siècle.
Selon lui, le monde est fait de trente cercles concentriques.
Sophia est l'âme de la Terre, régnant sur le treizième ciel.
Dans un élan d'amour intempestif, elle s'est un jour élancée
vers la Lumière du Centre, le Plérome des 12 Eons.
Eblouie et stoppée, elle a été chassée par les Archanges,
elle a chuté et a été incarnée dans un corps humain qui la tourmente.
De ce livre nous extrayons le passage extraordinaire
de la complainte de l'âme dans le drame de l'Incarnation,
qui est la plainte de tous ceux qui ont une âme qui aime le divin et la Lumière :

"Lumière de mon salut,
je t'adresse un hymne dans le lieu des régions supérieures …
Viens vers moi, ô Lumière.
Tourne l'esprit, lumière vers ma supplication,
car ma force est remplie de ténèbres
et ma lumière s'est perdue dans le chaos …
Je suis devenue comme un corps matériel
pour lequel il n'y a nul sauveur dans les régions supérieures.
Ils m'ont mise dans les ténèbres infernales,
dans l'obscurité et dans les matières inertes,
privée de toute force.
Que la lumière vienne sur moi,
parce qu'ils m'ont enlevé la lumière
et que je suis dans les souffrances à cause de la lumière,
depuis le temps que mes ennemis m'attaquent …
Je t'implore ô lumière,
j'ai été enfoncée dans un corps matériel.
Exauce-moi ô Lumière,
ne me laisse pas sombrer dans les Ténèbres,
ne laisse pas ce chaos recouvrir ma force.
Sauve-moi de la matière, que je n'en sois pas submergée.
Je lève les yeux vers toi dans les hauteurs.
O Lumière des lumières, exauce-moi.
J'ai mal dans l'habit corporel, dans lequel ils m'ont jeté
avec l'instinct du loup et l'instinct du bouc.
Mon âme inférieure m'oblige à pécher,
enfermée ici-bas dans le repaire des bêtes sauvages.
Délivre-moi du poids de chair.
Délivre-moi vite du vêtement de honte".


www.europsy.org/marc-alain
© marc-alain@descamps.org